« Les extraterrestres existent » : quelle crédibilité accorder à l’ex-ministre canadien ?

Depuis ses premières déclarations publiques sur le sujet en 2005, Paul Hellyer, 91 ans, n’a eu de cesse de répéter son message : oui les extraterrestres existent, oui les extraterrestres sont déjà parmi nous, et le gouvernement américain travaille avec eux depuis plus de 60 ans.

Dans ses révélations en date de mai 2015 par le biais d’une vidéo, Paul Hellyer a créé un véritable buzz sur la toile : « Nous n’avons plus que quelques mois » affirme-t-il, tout en dénonçant dans la foulée le rôle de la « money mafia » et des lobbys dirigeant nos sociétés.

Mais pourquoi diantre s’attarder sur de telles déclarations, qui ne sont en soi pas une première dans la rubrique phénomènes paranormaux ? Tout simplement parce qu’elles sont soutenues par un ancien ministre canadien (1963-1967), de la Défense qui plus est. Ce qui fait de lui l’officiel le plus haut gradé soutenant l’existence d’extraterrestres.

Dans cet article, nous avons choisi d’analyser une courte vidéo (10 minutes) de Paul Hellyer datant de 2013, et abordant spécifiquement la question de l’existence des aliens. Nous avons entre autres analysé ces déclarations sur la base de 19 critères verbaux, les dénommés critères « CBCA » (Criteria Based Content Analysis). Ces critères ont été développés dans les années 1960 par des psychologues allemands pour aider les juges à évaluer la crédibilité de récits dans des procès en situation de parole contre parole. Les recherches en psychologie du mensonge ont montré que ces critères permettaient de discriminer de manière fiable les récits véritablement vécus vs. inventés. Plus ces critères sont présents dans un récit, plus celui-ci sera jugé crédible (ex : quantité de détails, reproduction de conversations, etc.). Nous avons ainsi adopté une démarche en deux temps : codage de la présence de certains critères (verbaux, non-verbaux), puis évaluation de la crédibilité du témoignage sur base de ces critères.

Notre but : évaluer la crédibilité des déclarations de Paul Hellyer d’une part, déterminer si l’expérience qu’il décrit a des chances de correspondre à un événement réellement vécu par lui d’autre part, et le cas échéant s’il s’agit d’un vrai souvenir.

Il est toujours déconseillé d’analyser un récit trop souvent répété ou trop éloigné dans le temps des événements décrits, qui plus est sur base d’une vidéo dont des passages ont été coupés au montage. Malgré cela, cette courte vidéo soulève un nombre conséquent de remarques immédiates quant à la crédibilité des affirmations de l’ancien ministre :

1. Pauvreté des détails fournis.

La quantité de détails fournie est l’un des critères les plus importants pour évaluer la crédibilité d’un récit. La présence de détails inattendus est également un critère d’analyse important en CBCA. Aucun de ces critères verbaux ne peut être considéré comme présent dans les déclarations de Hellyer dans cette vidéo, tant les descriptions données sont peu détaillées et stéréotypées dans les parties critiques de son récit.

Exemples :

  • Description des formes d’extraterrestres : il y aurait les « petits gris », les « grands gris », les « mantes religieuses » et les « blonds nordiques ». Nous n’en aurons pas de description plus détaillée sur toute la vidéo, et pour cause : à aucun moment Paul Hellyer ne prétend les avoir vus lui-même. Il fait au contraire état de « rapports » sur ces extraterrestres. Il s’agit donc de descriptions indirectes, expliquant la pauvreté des détails fournis.
  • Référence aux exemples connus d’interventions d’extraterrestres sur Terre : « Il y a eu la fois dans l’Ouest des Etats-Unis où un OVNI observait des missiles balistiques intercontinentaux et les a mis hors-service ». Encore une fois, Paul Hellyer fait une révélation de première importance, mais très peu étayée : en quelle année l’événement a-t-il eu lieu ? Au-dessus de quelle ville ?

2. Rigidité du récit.

La présence de reproductions de conversations est un autre indice de crédibilité en analyse CBCA. Comme pour la quantité de détails d’un récit, plus nombreuses sont ces reproductions, plus le témoignage est jugé crédible.

Bien que nous ayons une reproduction de conversation sur un élément critique des affirmations faites par l’ancien ministre (« Tous les mots que tu as lus sont vrais et bien plus encore »), une certaine rigidité du récit est à noter dans ce témoignage. En effet, « le » général à l’origine de cette affirmation aurait répété exactement la même phrase, mot pour mot, mais en deux circonstances différentes (une fois avec Paul Hellyer, une autre avec son neveu).

En codage CBCA, rappelons enfin que la phrase « Il a dit : ‘Tous les mots que tu as lu sont vrais et bien plus encore' » compte comme une reproduction de conversation ; mais pas la tournure indirecte « il m’a dit qu’en fait il avait eu des rencontres en personne ».

3. Usage d’expressions de doute.

Sur certains passages, Paul Hellyer utilise, sans s’en rendre compte, des tournures de phrases exprimant un doute sur ses propres affirmations. Il utilise également des qualificatifs, qui sont des mots censés renforcer ses propos mais qui en termes de crédibilité les fragilisent en réalité.

Exemples :

  • « [Les extraterrestres sont toujours en avance sur nous] j’imagine, vraisemblablement, en technologie »
  • « Il est évident que le gouvernement américain a pris toute cette idée de technologie avancée très sérieusement »
  • Journaliste : « Selon vous, de quelles technologies êtes-vous sûr qu’elles nous ont été fournies par des extraterrestres ? ». Paul Hellyer : « Fibre optique, puces électroniques, kevlar, lasers améliorés et tout un tas de trucs où leur technologie était bien plus avancée que la nôtre. A des années-lumière, vraiment, je pense »

4. Origine des croyances de Paul Hellyer.

Un autre aspect fondamental est de nature à remettre en question la crédibilité des affirmations de Paul Hellyer : l’origine de ses croyances en l’existence des extraterrestres.

Si ses convictions semblent être des certitudes, il est à noter qu’elles précèdent sa première expérience paranormale en personne. Dans cette vidéo, ses convictions semblent uniquement provenir de deux sources initialement :

  • La lecture du livre The Day After Roswell
  • Puis sa conversation avec « un » ancien général de l’armée de l’air américaine (sur lequel nous n’avons à nouveau pas plus de détails)

Il semblerait donc que sur base de ces deux éléments uniquement, Paul Hellyer ait pris la décision de faire des déclarations publiques sur l’existence d’extraterrestres.

Dans cette vidéo, toutes les autres affirmations ont ainsi été faites par l’ancien ministre sans aucune justification (ex : « il y a eu beaucoup de visites sur Terre, sans doute depuis des milliers d’années », « ils ont peur qu’on fasse exploser notre planète », « ils ont répertorié toutes les bases »). Il ne semble pas non plus émettre de quelconque réserve sur les « dizaines d’emails » qu’il aurait reçus suite à ses déclarations publiques.

Enfin, il est important de relever que ses convictions en l’existence d’extraterrestres sont nées après la période où il était à la tête du ministère de la Défense canadien. Ses croyances n’ont donc aucun rapport avec des informations confidentielles auxquelles il aurait eu accès par son statut.

5. Timing de la première expérience extraterrestre.

La date de la première expérience extraterrestre de l’ancien ministre soulève également un certain nombre de questions.

« L’un des problèmes que j’ai eus quand j’ai fait mes premières déclarations publiques c’est que les journalistes me disaient : « Vous en avez déjà vus ? ». Et je disais « non ». Alors ils me disaient : « On ne peut pas vous prendre au sérieux alors. »

En résumé sa première expérience survient :

  • 1) après que sa conviction ait été forgée ;
  • 2) qu’elle ait été déclarée en public ;
  • 3) et que des journalistes lui aient dit que ses déclarations ne pouvaient être prises au sérieux tant qu’il n’avait pas vécu de rencontre lui-même.

6. Description de l’expérience de Paul Hellyer.

« Ma première observation, j’étais chez moi à Muskoka, il a quelques années pour Thanksgiving. Ma femme Sandra me dit : « je vais regarder les étoiles dehors ». Il y avait cette étoile très très brillante, juste de l’autre côté de la baie. On l’a tous les deux regardée, et d’un coup on l’a vu changer de position dans le ciel, de 3 ou 4 degrés, en 3 ou 4 secondes. Les étoiles, les satellites et les avions ne font pas ça. Ils ne le peuvent pas. C’était une expérience incroyablement intéressante. Et qui a bien entendu confirmé ma croyance en leur existence. »

La description de cette expérience, vécue en personne par Paul Hellyer, correspond au récit le plus détaillé de toute l’interview. On y trouve notamment :

  • Des détails spatiaux : « déviation de 3 ou 4 degrés », « de l’autre côté de la baie »
  • Des détails temporels : « en 3 ou 4 secondes », « pour Thanksgiving »
  • Des détails visuels : « chez moi à Muskoka », « cette étoile très très brillante »
  • Des reproductions de conversations (avec présence d’un témoin) : « ma femme Sandra me dit : ‘je vais regarder les étoiles dehors' »
  • Des descriptions d’interactions : « On l’a tous les deux regardée »

Ce n’est pas étonnant, dans la mesure où le récit d’un événement véritablement vécu est toujours plus détaillé que des récits d’événements rapportés. Bien que cette description soit assez peu riche en détails dans l’absolu, le fait qu’elle en contienne davantage que toutes les autres crédibilise le fait qu’elle soit véritablement survenue. D’autant que Paul Hellyer accompagne cette description de nombreux illustrateurs, qui sont des gestes n’ayant pas de sens en soi mais qui sont plus présents dans des descriptions de faits véritablement vécus (par exemple, le fait de pointer du doigt vers une direction en racontant un événement).

En supposant donc que le récit corresponde bien à un événement vraiment expérimenté par Paul Hellyer, il resterait donc à déterminer l’essentiel : s’agissait-il d’un vrai OVNI, ou d’un phénomène naturel mal interprété ?

On remarquera tout d’abord l’utilisation des mêmes chiffres pour les descriptions spatiales et temporelles (3 ou 4 degrés / 3 ou 4 secondes), dont la coïncidence peut être questionnée. On regrettera également le flou de la description sur la date de l’événement (« il y a quelques années »), rendant sa vérification et la recherche de phénomènes naturels concordants infaisable.

Notons également qu’à aucun moment Paul Hellyer n’affirme explicitement avoir vu d’OVNI dans son récit : il parle ainsi d’une « étoile » très très brillante. Pas d’un OVNI.

Par ailleurs, l’emploi même du terme croyance (« C’était une expérience […] qui a confirmé ma croyance en leur existence »), est également intéressant. Paul Hellyer a déclaré publiquement que les extraterrestres existent, dès 2005. Qu’il en avait la preuve. Avant même d’en avoir vu lui-même. Il est donc aussi surprenant que Paul Hellyer parle de croyance que d’entendre quelqu’un dire qu’un événement aurait confirmé sa croyance dans le fait que la Terre soit ronde.

Enfin, d’un point de vue non-verbal, Paul Hellyer affiche de subtils sourires lorsqu’il décrit son expérience (lorsqu’il dit « C’était une expérience incroyablement intéressante »). Comme une fierté d’avoir expérimenté par lui-même un tel événement. D’en « savoir plus » que les autres.

Les pièges des biais de confirmation

Si nous devions formuler une évaluation de crédibilité sur base de cette vidéo uniquement, nous pencherions donc pour dire que Paul Hellyer :

  • a véritablement vécu le phénomène qu’il décrit (vision d’une étoile très brillante)
  • est véritablement convaincu qu’il a eu affaire à des extraterrestres
  • qu’il s’agit en réalité d’un biais de confirmation, tant le fait d’avoir effectué de nombreuses déclarations publiques est engageant psychologiquement, et le pousse à interpréter toute nouvelle information de manière à ce qu’elle confirme ses croyances antérieures

Cette vidéo ne prouve donc aucunement l’existence des extraterrestres. Elle prouve seulement que de telles croyances peuvent exister à tous les échelons du pouvoir.

CC. Crédit photo : InSapphoWeTrust

Vous avez aimé cet article ? Notez le 5 étoiles
( Total : 22 vote(s) - Moyenne : 3.2/5 )
  •  
    92
    Partages
  • 36
  • 23
  •  
  • 33
  •  
  •