Sondage Non Verbal

Présidentielle : notre nouvelle étude mesure les émotions des électeurs pour expliquer les dynamiques du 1er tour

 

Une étude inédite en France tente de comprendre les motivations des électeurs, au-delà des simples déclarations d’intention de vote.  Pour la première fois, des technologies fondées sur plus de 40 années de recherche sur les émotions ont permis à la société OTHELLO de mesurer objectivement le ressenti, parfois inconscient, des électeurs.

 

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, le groupe OTHELLO a mesuré les émotions d’un panel de 211 électeurs. Leurs expressions faciales ont ainsi été enregistrées seconde par seconde via leurs webcams pendant qu’ils regardaient des extraits des 5 principaux candidats (E. Macron, M. Le Pen, F. Fillon, J-L . Mélenchon et B. Hamon).

« Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nos technologies fondées sur plus de 40 années de recherche sur les émotions nous ont permis d’aller au-delà des déclarations d’intention et de mesurer objectivement le ressenti, parfois inconscient, des électeurs », assure Camille Srour, directeur d’OTHELLO et expert certifié au Facial Action Coding System.

« D’après les recherches les plus récentes, nous avons tous tendance à prendre nos décisions sur des critères émotionnels et intuitifs, plutôt que sur des critères logiques et rationnels, qui nous demandent davantage d’efforts cognitifs. Le psychologue Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie, parle d’ailleurs des deux systèmes de la pensée, les Systèmes 1 et 2, pour qualifier ces modes de décisions ».

En mesurant, via leurs expressions faciales, les émotions ressenties par les membres d’un panel visionnant des extraits relativement neutres (le rôle du médecin généraliste dans le système de santé) puis plus spécifiques ou polémiques pour chaque candidat (l’immigration pour M. Le Pen, le « PenelopeGate » pour F. Fillon, le Revenu Universel pour B. Hamon, etc.), cette étude a mesuré les sentiments des électeurs à l’égard des candidats en lice pour cette élection présidentielle décidément pas comme les autres.

 

Résultats : Emmanuel Macron est le seul candidat à susciter un vote enthousiaste, tandis que le vote Marine Le Pen semble demeurer un vote contestataire.

 

Les résultats détaillés de l’étude :

  • Emmanuel Macron apparaît comme le seul candidat suscitant un véritable enthousiasme de ses électeurs sur sa personne. Mais des risques de transferts de votes sont possibles (Graphique 1)
  • A l’inverse, les électeurs de Marine Le Pen semblent en revanche demeurer dans une dynamique contestataire, émotionnellement négative et en rejet de l’ensemble de la classe politique, tous bords politiques confondus. Le vote Marine Le Pen pourrait ainsi être interprété comme un « ras-le-bol » généralisé, plutôt qu’une véritable adhésion au programme frontiste (Graphique 2)
  • Les électeurs de François Fillon de leur côté semblent avoir été profondément affectés par les affaires du candidat, allant jusqu’à susciter des pics d’émotions négatives plus importants vis-à-vis de F. Fillon que de certains de ses opposants politiques. Le poids des affaires, intuitivement perçu par tous, a donc bien eu un impact négatif MESURABLE d’un point de vue émotionnel sur la campagne du candidat, même auprès de sa base électorale (Graphique 3)
  • Jean-Luc Mélenchon représente une nouvelle fois un cas particulier, puisque si ses électeurs montrent des réactions fortes de mépris lors de son extrait spécifique…celui-ci est vraisemblablement dirigé contre le pouvoir de la Finance, que J-L. Mélenchon dénonce dans le passage en question. En bref : la dénonciation de la Finance, représente, sans grande surprise, un thème cher aux électeurs mélenchonistes (Graphique 4)
  • Enfin, le vote Benoît Hamon semble bel et bien relever du vote partisan, du vote de raison, sans passion, plutôt que du vote de cœur. De fait, ses électeurs montrent plus de réactions à la vue…de tous les autres candidats ! (Graphique 5)

 

 

 

Graphique 1 : Emotions des électeurs certains de voter pour E. Macron

Graphique 2 : Emotions des électeurs certains de voter pour M. Le Pen

Graphique 3 : Emotions négatives cumulées des électeurs certains de voter pour F. Fillon

Graphique 4 : Emotions des électeurs certains de voter pour J-L. Mélenchon

Graphique 5 : Emotions des électeurs certains de voter pour B. Hamon

Vous avez aimé cet article ? Notez le 5 étoiles
( Total : 1 vote(s) - Moyenne : 5/5 )

  •  
    56
    Partages
  •  
  • 4
  •  
  • 52
  •  
  •